Tribulations d une Parisienne Trentenaire
Année 2020 et les rencontres amoureuses #2

Année 2020 et les rencontres amoureuses #2

Comme vous avez pu le lire précédemment, ma vie amoureuse est synonyme de néant, vide sidéral, confinement… Trop de mots pour pour décrire ma situation cette année. Non mais entre nous, vivement que cette année se finisse… Mais finalement pour certaines d’entre vous, cette année à tout de même était une année de rencontres…

Cela faisait longtemps, trop longtemps, que vous n’aviez pas participé sur le blog. Et quel meilleur sujet que les rencontres en ces temps assez troubles. D’ailleurs plutôt assez intéressant pour certaines d’entre vous.

Place à vos histoires

G :

“Je suis infirmière aux urgences, j’ai avec mes collègues traversé une sale période avec le covid, le confinement… J’étais en couple, il avait des gros problemes professionnels, j’ai eu aucun soutien durant cette période difficile, notre histoire s’est dégradé au fur et à mesure et a révélé les côtes négatifs de mon ex. J’ai décidé de rompre à la fin de l’été, après des semaines et des mois d’alerte, de discussion, de remise en question.
Je voyais depuis quelques mois un collègue 5 min de temps à autre, que je trouvais très beau, gentil, agréable, son regard ne me laissait pas indifférente. On se taquinait, on discutait parfois rapidement. J’avais jamais rien envisagé, j’étais en couple. Et je ne m’imaginais pas lui plaire.
Et puis j’ai pris la décision d’être a nouveau heureuse, sans mon ex, seule. Ce collègue est réapparu dans mon esprit, comme si je l’avais complétement mis de côté, zappé, je lui ai écrit, et en moins de 24h, j’ai osé lui demander si il se passait quelque chose entre nous, par le biais de nos petits regards.
Et en effet, il y avait un lien inexplicable, une compréhension mutuelle sans mettre forcément les maux… Il m’a rapidement déclenché les papillons dans le ventre, et la sensation que mon coeur allait explosé à chaque fois que je le vois.
J’ai l’impression de revivre une histoire d’amour d’adolescente à 27 ans. C’est à la fois incroyable et incompréhensible. 🙂

P:

“Ahaha… Ben rencontre impossible quoi cette année. Entre confinement et couvre feu.

J’ai passé 3 mois de confinement seule, puis hop libérée, mais personne ne veut se voir avec ce virus, et bing là je suis en couvre feu : vie sociale à néant, donc rencontre de même”

V :

“Je t’écris depuis le train qui me ramène de Lille en Auvergne, chez moi, mais tout commence début avril 2020, sur un site de rencontres. Je vis en Auvergne. Je me suis inscrite sans conviction sur Adopteunmec.com. Puis je fais la connaissance de Pierre. Pierre est un charmant Lillois brun à lunettes. Il présente bien, classique, il est cadre dans une entreprise. Aime la bière. Par hasard, nous matchons ensemble. Il m’écrit en premier puis nous commencons à faire connaissance et discutons rapidement via WhatsApp. Le courant passe immédiatement. Simplement, la distance ça me freine. Et très vite, en plein confinement, le temps est long, nous partageons nos goûts divers et variés et nous abordons le sujet de la sexualité. Nous parlons ouvertement du sujet. Décrivons nos fantasmes mais avons tout autant de discussions sur des sujets qui nous rassemblent et nous différencient. Mai arrive, le déconfinement avec, nous perdons contact. Nous arrêtons de nous écrire comme ça, parce que la vie reprend. Entre temps j’avais désactivé mon compte parce que je ne trouvais pas mon bonheur. Début septembre, par solitude et envie de rencontrer quelqu’un, je me reconnecte et quelques heures n’avaient pas encore passées que Pierre refait son apparition, enchanté de me retrouver, de me recroiser, c’est un signe ? Nous nous disons à quel point nous sommes heureux de nous retrouver et reechangeons nos WhatsApp, j’avais tout supprimé de mon côté. Dépuis début septembre, nous parlons chaque jour, du lundi au dimanche et avons un petit mot pour l’autre lorsque nous sommes avec nos amis respectifs en soirée. Nous nous sommes appelés 2 fois en visio pour vérifier que le courant passait. Confirmé. Nous décidons de nous rencontrer. Je fais le choix de monter le voir à Lille, je n’ai pas encore mon propre logement, je vis chez ma mère temporairement. De début septembre au 16 octobre, chaque jour, du matin au soir, nous parlons, avec davantage de sentiments, d’émotions, d’attentions l’un envers l’autre. Un petit surnom arrive, petit chat. Des petits cœurs de temps en temps et sans cesse cette hâte de nous rencontrer. Mais Pierre est quelqu’un de distant tout le temps, je lui demande si notre relation sors du cadre strictement sexuel ou si quelque chose d’autre existe, pour lui aussi, il y a quelque chose en plus. Mais il ne dit pas quoi. Vendredi 16 octobre j’arrive après 4h de train. On se rencontre enfin. Le courant passe de suite même si nous sommes très timides au début. Nous passons le week-end à discuter, manger, boire de la bière, nous aimons ça tous les deux. Le sexe est bien mais pas autant que ce que je l’aurai pensé, imaginé. Dimanche, il choisi de ne pas m’accompagner jusqu’à à la gare mais de s’arrêter avant pour aller chez un ami, regarder du sport à la télé. Je patiente, seule pendant 1h a la gare de Lille après avoir passé un moment qui me semblait partagé mais qui ne l’était que de mon sens. Malgré mes nombreuses questions au préalable, mes demandes, requêtes, il m’a confirmé que je lui plaisais réellement. Seulement dans les actes, rien de dit cela. Dans le train depuis déjà 3h, sans nouvelles de sa part, j’ai tiré mes conclusions. D’une part, la distance et le virtuel créer un vrai fossé entre qui nous sommes, qui nous montrons et qui nous voulons être aux yeux de l’autre. D’autre part, il ne faut jamais espérer que quelqu’un nous dise ce que l’on veut entendre, il faut lui poser directement la question et se fier aux actes. Enfin, malgré toutes les précautions nécessaires, il est possible de se faire avoir. Ça m’est arrivé. Je suis triste mais j’ai tiré des leçons de cette expérience et surtout je suis allé visiter une magnifique ville que je ne connaissais pas. C’est ça le vrai gain. J’espère que ma rencontre arrivera un jour…”

H :

Depuis le 24 mai 2017 j’étais en couple avec mon ex. C’était une belle relation…mais à distance. S. vivait en Algérie et moi en France. Nous nous voyions grosso modo tous les 6 mois. C’était dur mais on espérait être bientôt réunis. Petit à petit je me suis détachée de lui. Le confinement a agi comme un déclic. J’étais seule chez moi et je voyais mes copines avec leur chéri. A cause des frontières fermées, impossible pour lui de venir me voir avant un long moment. Je l’ai quitté le 14 avril, plus amoureuse et lasse d’attendre un moment qui ne viendrait peut-être jamais… Une collègue m’a incité à m’inscrire sur meetic : “de toute façon, on est confiné, tu ne risques rien ! Change toi les idées.” Je m’exécute et je suis déçue de ce que j’y trouve. Jusqu’à tombé sur le profil de F. Je le trouve beau, solide et il a l’air gentil. S’en suit un 1er contact. Le courant passe tout de suite bien. On s’écrit tous les jours, toute la journée. Et on rit ! Nous apprenons à nous connaître et nous nous découvrons de nombreux points communs. Le déconfinement arrive. La possibilité de se voir ! Le 13 mai c’est la rencontre. Les bars et les restaurants sont toujours fermés. Rassurée parce qu’on connaît des personnes communes, je lui propose de venir manger un fondant au chocolat chez moi. Mais avant de le faire rentrer, je lui propose de faire une petite balade avant. L’interphone sonne. J’ai le coeur qui bat la chamade !!! Je descends, ouvre la porte et le voit enfin. Très beau ! Il me fait d’emblée une petite blague qui me met à l’aise. Pas de bise, gestes barrières obligés !On part pour 1h de balade. On papote de tout et de rien puis on revient chez moi. On mange le fameux fondant. Arrive le moment où il doit partir. Toujours pas de bise et encore moins de bisou. Les jours suivants on continue de s’écrire mais différemment : les sextos arrivent et une tension sexuelle se met en place. On se revoit le 24 mai 2020, la même date que celle de mon ex… Mauvais présage ?! Ce jour là on couche ensemble mais notre 1ère fois est plus risible qu’autre chose. On est un peu maladroits ! On se confie sur nos histoires passées et je découvre qu’il a beaucoup souffert avec son ex. Il me dit qu’il lui faut du temps. Je me dis “Quelle conne, il a eu ce qu’il voulait et maintenant il fait machine arrière !” On continue malgré tout à discuter par téléphone. On se revoit 10 jours après et on est content de se retrouver. Une semaine plus tard, il me présente à l’un de ses meilleurs amis. Ça me rassure sur son attachement. On passe un bel été. On va à la mer, on se balade, on va au resto. Arrive le mois de septembre et la rentrée. On est un peu moins disponible mais on s’arrange toujours pour se dégager du temps ensemble. Aujourd’hui ça va faire 5 mois qu’on est ensemble et notre attachement grandit. Grands pudiques, on se livre peu sur nos sentiments mais il vaut mieux des actes que des belles paroles ! Je suis optimiste sur la suite de cette relation. Dans tous les cas et sur tous les plans, 2020 aura marqué un tournant dans ma vie”

C:

“C’est l’histoire de cette fille pour qui l’amour ne réussis pas en général. 2020 année du confinement année qui rime également avec déception mais comme il faut toujours voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide je dirais que j’ai enfin appris à être heureuse toute seule. L’année avait bien commencé j’ai acheté une maison j’ai fait mes petits travaux et boom confinement. Pour rencontrer quelqu’un c’est pas l’idéal me direz-vous. De toute façon il y a toujours cet homme que je n’arrive pas à oublier avec qui c’est toujours ambigu. Mais un homme qui ne souhaite pas s’engager dans aucune relation. Donc pendant le confinement on discute pas mal et on joue à ce jeu de séduction. Vient la fin du confinement, on se voit mais je sais que ça ne mène nulle part. Je décide donc de me faire grande violence et de couper les ponts en espérant que cette fois ce soit définitif. L’été pointe le bout de son nez et avec la motivation des copines je finis par me réinscrire sur les sites de rencontres. J’ai un peu de mal avec les applis parce que je trouve ça pas du tout naturel et j’ai l’impression de devoir me vendre. Mais je fais quand même l’effort et puis je match une fois 2 fois 3 fois. Ça se passe plutôt bien avec un homme, plutôt charmant, pas du tout mon style habituel physiquement mais je me dis pourquoi pas… On se rencontre. Le feeling en réel est aussi bien que celui qu’on avait par écrit. On se voit et je m’aperçois qu’il n’est pas aussi séparé de la mère de son enfant qui le dit… S’ensuit alors une histoire plutôt compliquée parce que comme je m’attache vite que je suis une hypersensible j’essaie toujours de tout comprendre de tout analyser de voir le côté uniquement gentil des gens et de ne pas voir leurs défauts. Bref un échec de plus à rajouter à ma longue liste… et devinez avec qui j’ai repris contact… certains diront que c’est de la folie certaines de mes amies ne me comprennent pas. Je demande rien, qu’on comprenne juste, qu’on accepte mon choix. Pour le moment j’ai décidé de me laisser vivre ma vie de célibataire d’essayer de m’épanouir, de le voir quand ça nous chante de se textoter, de s’appeler quand on en a envie. il ne veut pas rentrer dans une case moi je n’ai pas envie de lui fermer la porte ainsi va ma vie de célibataire. 2020 l’année où j’aurais appris à lâcher prise et à vivre l’instant présent”

C:

“C’était en Décembre, un soir de solitude. Après en être arrivée à la conclusion que le couple et l’amour ce n n’était pas fait pour moi tant pis. À l’époque je n’étais pas désespérée, c’est juste qu’après moult relations “merdiques” je m’étais fait une raison. Ça ne me contrariait pas, j’avais plein d’autres trucs dans ma vie et j étais bien comme ça. J’avais trouvé l’équilibre. Mais quand même j’ai certains besoins lol… donc je m’inscris sur une appli dite “pour libertins”. J’avais un peu côtoyé ce milieu auparavant, j’avais apprécié, donc je me disais qu’à défaut d’amour au moins j’allais m’amuser. Une rencontre avec 1 ou 2 mecs, pas du tout des pervers comme on pourrait le penser mais juste des gars comme moi qui n’avaient pas envie de se prendre la tête, et au moins sur ce genre de site tout était clair. Puis je rencontre J. Premier rencart dans un bar un samedi soir, j’y suis allée comme pour les autres, avec dans l’idée de m’amuser et rien d’autre. Mais là je ne sais pas trop ce qui s’est passé… une soirée dans un bar à cocktail où on a refait le monde, puis passage par chez-moi pour des galipettes quand même! Une semaine après je l’ai rappelé… on s’est revus au début en mode sexfriend mais on a senti de suite qu il y avait autre chose. Puis le confinement est arrivé. On ne s’est pas confinés ensemble mais les week-end on remplissait une attestation et on allait s’enfermer chez l’un ou chez l’autre tout le week-end parce que le reste de la semaine forcément on ne voyait personne… on peut dire que ça nous a énormément rapprochés et au déconfinement on s’est “officiellement” mis en couple. On a rencontré nos amis, j ai rencontré sa famille et il doit rencontrer mes parents le week-end prochain. Tous ses amis et sa famille me disent qu il parle tout le temps de moi lol et après ce que j ai vécu ça fait du bien de sentir qu on compte vraiment et que c est réciproque.

Ce confinement a permis de créer des histoires pour certains et pour d’autres cela a permis d’apprendre d’être heureux avec soi même.

On redémarre une période de 4 semaines (à mon avis il va durer plus longtemps), je pense que je vais profiter de ce temps pour me balader à nouveau sur les sites de rencontres (j’ai fait mon introspection lors du premier confinement). Il ne pourra pas y avoir de rencontres rapides donc au moins cela permettra d’apprendre à se connaitre. Et pourquoi pas faire un premier date autour d’un apéro en visioconférence ???

Amis célibataires, vous vivez comment ces confinements ? En mode je prends du temps pour moi ou en mode j’en profite tout de même pour démarrer de nouvelles rencontres ?

%d blogueurs aiment cette page :