Tribulations d une Parisienne Trentenaire
CdL: Autour de la photocopieuse

CdL: Autour de la photocopieuse

Cette semaine, on va la faire courte. Droit au but, comme à Marseille. Pas le temps de niaiser.

J’ai reçu un mail de Carine avec un K. Karine donc.

J’ai 35 ans et le plus bel enfant du monde, en toute objectivité bien sûr (si si !!)
Après une relation de 15 ans, des plans cul pour m’en remettre et avoir découvert l’enfer du célibat… Me voici blasée, dépitée et déçue.
Alors, puisque on a rien sans rien, je déménage, je prends un nouveau poste à responsabilité, je m’achète une voiture et j’ouvre un nouveau chapitre !
Mais voilà, quitter Paris pour la campagne (bon, j’avoue, la banlieue), c’est dur… Les rencontres sont plus difficiles et plus rares…

Alors je vivote.. Je vais sur les sites de rencontres, je laisse faire le temps…
Et je le rencontre au bureau. Au détour de la photocopieuse, il m’aborde… Il est un de mes collaborateurs..
Grand, charismatique, bourré d’humour, je ne tarde pas à sombrer… C’est l’été, tout est caliente… On se voit le soir, des week-end entiers, on ne quitte pas l’appartement et ça me convient.
Il a un enfant aussi. Il comprend ma réticence à m’engager et le fait que je ne sois pas dispo H24. Jamais de reproche, que du plaisir.
Au bout d’un an à ce rythme, je suis clairement amoureuse… Mais il ne veux pas de sérieux.. Je me plonge dans le boulot et je souffre en silence.

Et au début de cet été.. Il m’apprend qu’il a rencontré une femme, qu’il veut se donner l’envie d’essayer et le temps d’y croire. Qu’il a des sentiments pour elle. Soudainement, sans aucun prémices.
Bref, je pars en vacances le cœur brisé. Je souffre, je pleure et je choisi de le ghoster pour apaiser ma souffrance. Il m’a fallu 3 mois pour gérer mes émotions en réunion en sa présence, 3 mois pour organiser ma vie professionnelle et le croiser le moins possible, 3 mois pour passer devant chez lui sans avoir le cœur piétiné, 3 mois pour arrêter de le détester et admettre que je ne saurai jamais pourquoi je ne suis pas une femme qu’un homme peut aimer…

En septembre, il me recontacte. Il a changé de service (ouf) et ne travaille plus pour moi. Il dit que je lui manque, que ça n’a pas marché avec l’autre femme, qu’il n’est pas fait pour la vie en couple et que je lui manque.
J’ai sombré, en décembre. On s’est revu comme si on s’était jamais quitté. Avec la même puissance, la même envie. Mais… Quelque chose a changé. Je ne vibre plus quand il est là, j’ai la sensation d’une carapace. Mais quand il m’appelle, je suis une gamine, je chante sous la douche et je mets des cœurs sur les points de mes i.
Je ne sais pas où je vais… Ni comment m’en défaire, ou comment le capturer.
Il me considère comme un plan cul régulier, soit ! Mais il revient toujours…

C’est grave docteur ??
Plan cul pour toujours ou amoureux timide ?
Et moi, pourquoi ça me fait fait ça ?

Aaaaah, les collègues de travail… Ça me rappelle des bons souvenirs (et aussi des mauvais). Et je serais pas contre faire un peu de rentre dedans aux petites jeunettes du marketing de l’étage du dessous. Mais je m’écarte du sujet.

Est-ce que c’est grave ? Non.

De son coté, il me semble évident que tu es pour lui un plan cul, mais il te l’a dit, il est honnête. Est-ce que ce sera la 1ère fois qu’on aura rien à reprocher à Hughes-Bernard ? ? Possible…
Est-ce que ça peut changer ? Oui, évidemment, tout est possible, mais bon on va pas se leurrer, ça arrive 1 fois sur 10, 1 fois sur 20, 1 fois sur 100. Enfin pour dire que c’est rare, ça reste l’exception. J’en connais une autre qui espère et qui se fait des illusions comme toi. 😉

Aaaaaaah, non, j’ai trouvé un truc à lui reprocher.
Il revient parce que ça n’a pas marché avec l’autre, c’est vraiment la pire excuse de merde (Si tu réfléchis bien à la situation, il a vécu la même chose avec elle que toi avec lui). En gros, t’es sa “solution de repli”, son plan B, celle qu’il peut retourner voir quand il n’a personne en vue pour continuer à mettre son pénis dans un vagin sans trop d’efforts. Je reste persuadé qu’il te refera le même coup une fois qu’il en aura trouvé une autre.

Donc pour moi, ce que tu devrais faire est très clair.
Mais j’aurais envie de dire que tu prends le problème à l’envers. Tu ne devrais pas te focaliser sur ce que lui souhaite, mais plutôt sur ce que toi tu veux, et comment tu te sens.
Clairement, tu n’es plus intéressée par lui quand il est là, mais plutôt par “l’idée de lui”. La nostalgie, le manque d’affection/de sexe, les souvenirs, etc. Donc, si j’étais toi, je me détacherais de lui complètement, en lui expliquant que toi tu cherches à te poser et qu’il t’empêche d’avancer, et peut-être même de rencontrer quelqu’un d’autre. Quitte à le bloquer s’il insiste trop. Je sais pas à quel point vous pouvez être amenés à vous croiser au boulot, j’espère pas trop pour toi.
Après, si tu es en manque (de sexe, ou d’affection “temporaire”), étant une femme, je me fais aucun soucis, y’a pleins de mecs très gentils/corrects qui ne demandent que ça sur les sites de rencontres (ou dans la vraie vie, hein). Pour qui tu ne seras pas “la roue de secours”. Une sorte de relation “pansement” quoi, le temps de l’oublier complètement. Mais soit honnête avec eux, ne les fais pas souffrir a ton tour le même sort que tu subis actuellement (parce que si, il y a des mecs bien, mais ils sont rares et bien cachés)

Rendez vous la semaine prochaine !

%d blogueurs aiment cette page :