CdL: Toutes les filles s’appellent “Rome”


Courrier des lectrices, Hommes 2.0 / mercredi, janvier 3rd, 2018

En tout cas, on dirait. Aujourd’hui, on va parler des mecs qui vous quittent, mais qui finissent par revenir vers vous. A croire que tous les chemins ramènent à vous (ok, je me suis senti obligé d’expliquer le titre).
Et, parce que c’est les vacances, non pas un, ni deux, mais trois courriers !
Ça fait beaucoup de Rome.

Le premier nous vient de Mathilde (peut-être que c’est son vrai prénom, ou peut-être pas…)

Voilà j’ai rencontré Homer (ouh pinaise !) sur un site, on passait quelques mois ensemble, c’était super mais ce qui devait arriver arriva. Il a eu un blocage, n’arrivait pas a se projeter et s’engager et m’a dit ne m’aimait plus. Il m’a donc quitté disant que c’était mieux pour moi, pour que je sois heureuse et que je trouve l’homme qui aura les mêmes projets que moi.
Je te passe les heures de discussions qu’on a eu sur le sujet je voudrais pas que tu t’endormes…

Mais voilà, depuis la rupture, maintenant un mois, il m’écrit régulièrement tous les 2/3 jours) pour un rien, un souvenir qu’il a eu, prendre des nouvelles. Il dit s’inquiéter pour moi, que je lui manque mais qu’il veut que je sois heureuse… Je lui ai dit qu’il fallait qu’il arrête de m’écrire mais il continue, comme si il ne pouvait pas s’en empêcher.

Ma question est, pourquoi continue t’il de m’écrire ?
As-tu déjà été dans cette situation où tu as quitté quelqu’un mais tu continues à avoir un contact avec elle de ton initiative, et si oui, pourquoi ?

Le deuxième, de Mélinda:

Bonjour, je m’appelle Mélinda, J’ai 33 ans et 3 enfants.
Il y a quelques mois J’ai rencontré Jean-Edouard.
Lui-même père de 3 enfants, en plein divorce, on décide de se voir, de plus en plus. Il semble vouloir prendre son temps, ça tombe bien, moi aussi. On passe beaucoup de temps ensemble quand nos plages horaires sans enfants coïncident. On part en weekend, un vrai jeune couple… Et un jour tout s’arrête, le couperet tombe “Je ne peux t’apporter ce que tu souhaites, ma vie est trop mouvementée entre mes enfants, le boulot qui évolue, le divorce, le rachat de la maison, le sport et les compétitions, etc…”
Meurtrie, je mets fin a cette belle histoire à contre cœur, il semble meurtri aussi, nous avons tous les deux le sentiment de passer à côté de quelque chose, et ça nous empêche de respirer. Mais je comprends qu’il n’arrive pas à tout gérer…

Nous restons 4 mois sans parler, C’est une décision de ma part afin de prendre du recul et digérer. Et je redemande de ses nouvelles, notamment pour un problème de santé dont il m’avait fait part…
Nous discutons par messages pendant presque un mois et convenons de nous voir. On prévoit d’aller au théâtre, comme à notre première rencontre. Pièce annulée, nous partons boire un verre. Toute la soirée à discuter. Et à tout se remémorer, il est là, devant moi, et mon cœur se soulève. Je sens que le sien aussi. Nous n’avons jamais eu besoin de parler pour nous exprimer sur notre attachement.
Une chose à préciser: je vois quelqu’un depuis quelques semaines. Quand j’ai recontacté Jean-Edouard, c’était par pure amitié et parce que je l’ai toujours apprécié en tant qu’homme et humain, il a des valeurs et il est réfléchi, mûr.
Depuis, nous continuons de parler, tous les jours, et je pense que s’être revus à remué quelque chose autant pour moi que pour lui. Même si dans le fond, je me dis que les retours en arrière ne sont jamais bons. Même si je me dis que l’homme que je côtoie semble sincère et vouloir construire quelque chose.
Sa situation s’est clarifiée, beaucoup de choses ont avancé, il me l’a dit plusieurs fois, a bien insisté sur ce point. Il m’a trouvée changée, il est vrai que ces derniers mois ont été difficiles. Il aime mon nouveau moi apparemment (ce n’est pas physique, je précise…).
Je ne sais pas comment me positionner, j’ai envie de garder cette amitié, il est celui a qui je raconte mes petits bonheurs et malheurs, mais il est aussi celui que je voudrais avec moi enlacés devant la télé. Je pense être la même chose pour lui, au moins pour les bonheurs/malheurs… le reste, je n’arrive pas à lui en parler.
Nous devons nous revoir ce weekend.

Bon, alors ok, ici, ce n’est pas lui qui est revenu. Mais bon, il faut être deux pour faire une conversation.

Enfin, le troisième est de Marion (On fait une promotion sur les M cette semaine.) :

Bonjour à toi et merci pour ce que tu fais, ça fait du bien d’avoir un avis masculin.
Bon, je vais te parler de mes problèmes (tu pourrais ptet faire psy ?)
J’ai 29 ans, maman d’une adorable petite fille de 6 ans, séparée de son père depuis 3 ans (on n’en parle pas, il n’en vaut pas la peine).
En mai 2016, je rencontre Hubert, comment dire… L’homme parfait.
On passe un peu plus d’un an ensemble, il rencontre ma fille, on est bien, on est beaux, on est amoureux..
Et là, le drame (bah oui, sinon je t’écrirais pas), il me quitte. Son boulot lui prend trop de temps, il est pas à l’aise avec ma fille… Je suis dévastée, c’était l’homme parfait, on avait même des projets de vie en commun.

Ça, c’était il y a 4 mois. Impossible pour moi de l’oublier, de tourner la page…
Et pareil pour lui, il me dit qu’il a envie de me voir qu’il pense à moi tous les jours mais que ça serai malsain pour nous 2 qu’on se revoit (même si c’est juste pour du charnel).
Un conseil à me donner ? Je m’accroche parce que je sais qu’on est fait l’un pour l’autre, ou je laisse aller ?
PS : J’ai tenté de laisser aller, j’ai arrêté de lui écrire pendant 2-3 mois mais il reste dans ma tête, dans mes rêves, je suis amoureuse, je suis perdue…

Pourquoi revenir ?
3 exemples, 3 situations. La réponse globale, universelle, et commune à chaque cas: Parce que c’est facile. Bien plus facile que d’affronter à nouveau le monde du célibat, Dallas et son univers impitoyable. Pas envie de prendre de risques, la nostalgie, les souvenirs, les habitudes. C’est aussi pour cette même raison que c’est bien souvent un échec.
Alors, je vais pas m’étendre sur mon cas, mais oui, une de mes ex-copines s’appelait Rome aussi. Quant à la raison, j’ai pas honte de l’avouer, elle était purement sexuelle…
C’est certainement la raison n°1. Bien souvent, les instincts primaux prennent le dessus. Et je ne suis pas le seul dans ce cas, notre dernière lectrice m’a confirmée qu’elle n’aurait pas dit non à un câlin sous les draps ;-). (Biiiip Biiiip Biiiip Biiiip Biiiip. Hein ? Non rien.)
Quelquefois, mais c’est très rare, il se trouve que la personne s’est rendu compte de son erreur et que sa démarche est sincère. Ça arrive. Enfin, il paraît hein, j’en ai jamais vu.
Dans le cas de nos lectrices, le premier dit qu’il veut rester “amis” (Mouais. Honnêtement, il m’a l’air un peu instable ce garçon.)
Le deuxième a l’air sincère. Je dis qu’il a l’air, parce que bon, on peut jamais être trop sûr des intentions de l’autre. Mais attendez, on va s’occuper de son cas un peu plus bas.
Le troisième… Je le vois venir à des kilomètres avec ses gros sabots (c’est lui qui a parlé de “juste du charnel”). Après pourquoi pas, hein, si vous le voulez aussi, en voiture Simone. Spoiler alert, il va prendre cher dans le prochain paragraphe aussi.

Moi, je pense que plutôt que se poser la question de “pourquoi il revient”, et “est-ce que je dois le reprendre”, la vraie question à se poser est “pourquoi il est parti”.
Jean-Edouard et Hubert, prétendants n°2 et 3, ont sorti la carte de la vie trop remplie: le boulot, les enfants, le divorce, le sport… Ouhlala, c’est dur dis donc, qu’est-ce qu’on sera bien une fois six pieds sous terre. Je caricature, mais à les écouter, c’est un peu ça. Ce qu’ils décrivent, ça s’appelle “la vie”. Effectivement, c’est pas toujours rose, ni un long fleuve tranquille.
Leurs excuses, ça me fait penser à “C’est pas toi, c’est moi”. Sauf que bien souvent, c’est quand même toi. Finalement, t’es pas si important.e que ça dans ma vie, pour que je ne puisse pas te caser une place dans mon quotidien.
Un principe important pour moi, c’est “Quand on veut, on peut”. Quand on a envie que ce qu’on entreprend fonctionne, on s’y investit. Si on a pas l’envie ou la motivation de s’y investir, c’est que finalement, on est pas si intéressé que ça. Clairement, ils m’ont pas l’air plus motivés que ça…

Pour conclure, la première lectrice est célibataire. La troisième aussi (après que Hubert aie quand même trouvé la force de partir réveillonner à l’étranger, malgré la maladie, le boulot, les enfants, etc. Le pauvre…)
Quant à la deuxième, l’affaire est toujours en cours au moment d’écrire cet article (Ça semble en bonne voie pour repartir si il se sort les doigts du cul, mais c’est pas gagné).

Et voila, c’est fini pour cette semaine. Maintenant, excusez-moi, je dois aller réfléchir à mes résolutions de nouvelle année qui ne tiendront probablement pas 2 semaines.
Vous pouvez toujours réagir dans les commentaires, ou envoyer vos courriers ici.
Merde, j’ai oublié…
Bonne année ! (Une bise, deux, trois, plus ? Un gros palot sur la bouche ? Ok.)

4 réponses à « CdL: Toutes les filles s’appellent “Rome” »

  1. On oublie selon moi un cas très récurrent, si les personnes reviennent c’est aussi pour se rassurer ! C’est quelque chose d’assez classique (qui s’applique aux femmes soit dit en passant…). Cela signifie une chose, c’est qu’il revient car il sait que quelqu’un l’apprécie physiquement, mentalement ,etc. même s’il ne pense pas nécessaire que la personne en face mérite de s’engager dans une véritable relation.
    Dans tous les cas, cela démontre en effet une instabilité et c’est à fuir

Laisser un commentaire