Tribulations d une Parisienne Trentenaire
Le Syndrome du Prince Charmant

Le Syndrome du Prince Charmant

Qui n’a pas été baigné dans les contes de Fées dans son enfance ? Toi qui lève le bras là bas au bout, ou celle qui lève les yeux au ciel, je te vois et je ne te crois absolument pas, sauf si tu as été élevé par des animaux dans la jungle et dans ce cas là tu es carrément celui qui a inspiré un des contes de notre enfance… 

Le problème des contes de Fées, même si les histoires sont plus belles les unes que les autres, c’est qu’il y a toujours un Prince idéal pour nos Princesses… Et que toutes les fins se finissent pas un Happy End !!! Dans un conte, une princesse peut sombrer dans le coma et se faire réveiller par un simple baiser… Je vous assure qu’après avoir travaillé 10 ans en Salle de réveil, ça ne fonctionne pas du tout comme ça… Quoique je n’ai jamais demandé à un mec d’essayer de réveiller un patient qui mettait trop de temps à émerger en l’embrassant (en même temps vive le procès pour attouchement sexuel !!!). En fait si, j’ai vécu une scène similaire une fois, un anesthésiste à réveillé sa patiente comme ça, mais bon il y avait tricherie, c’était sa femme !!!

Bon revenons à notre sujet… Donc pour la plupart nous avons grandi avec une image idéale des rencontres amoureuses. À chaque princesse, il y a quelque part son prince charmant idéal… Un réel problème, une fois adulte de sortir de ce schéma et de réaliser que non la vraie vie n’est pas un conte de fée…

J’ai lancé le week end dernier ce sujet sur la page Facebook (je suis de plus en plus fan de ce concept !!! Et pour ceux qui souhaitent participer aux différents sujets, rdv sur la page Facebook : Tribulations d’une trentenaire célibataire et bien évidement directement sur les articles aussi, j’aime vraiment avoir vos points de vue). Pour certaines, cela ne serait qu’une excuse à notre difficulté à rencontrer notre double, comme pour D.

“Les contes sont les contes, ils existent pour nous faire rêver point barre. Mais c’est tendance de tout reprocher à l’environnement de notre enfance. L’anorexie, c’est la faute à Barbie, j’ai raté ma vie amoureuse, c’est la faute à Disney… mon voisin jouait à GI Jo, il est pas devenu militaire pour autant et Rox et Rouky ne l’a pas transformé en vétérinaire non plus…”.

Pourtant l’influence des contes de fées est réel et peut être même un syndrome chez certain(e)s. Il est appelé le Syndrome du Prince Charmant. 

Quel est donc ce syndrome ? Une vision idéalisée de l’amour 

Le syndrome du prince charmant regroupe les attentes irréalistes et impossibles à satisfaire que l’on réserve à notre homme idéal.

Selon Biba : “Les femmes qui souffrent du syndrome du prince charmant ont une vision idéalisée de l’amour et une idée (trop) précise de l’homme idéal. Il suffit qu’un critère manque à l’appel pour que cela les empêche d’être pleinement épanouies dans le couple. Leurs attentes sont tellement surréalistes, qu’elles n’ont jamais droit à la happy end à laquelle elles aspirent tant. Quoi de plus normal quand on sait la perfection n’est pas de ce monde ! Le paradoxe est que ces mêmes personnes souffrent de leur solitude et se plaignent d’être encore célibataires !”

Avoir des critères bien précis sur son homme idéal oui, mais attention à ce qu’ils soient tout de même réalistes au risque de ne jamais trouver son Prince pas trop Charmant.

Il est indéniable, les dessins animés ont eu pour certains un réel impact sur leur vie amoureuse (et j’en fais bien partie). Mais avec l’âge, et donc une possibilité d’analyser nos vies et nos comportements, il faut arriver à prendre de la distance et finalement réaliser que tous ces merveilleux dessins animés ne sont que des contes de fées.

Voici quelques retours que certains ont partagé sur Facebook à propos de ce sujet …

D’abord celles qui ne se sentent clairement pas influencées ou peut être juste un peu

Pour P :

“la vie ne ressemble pas à un conte de fée sinon ça serait trop facile et ennuyeux. On doit se battre becs et ongles pour obtenir ce que l’on désire travail, amours et autres”

Pour C :

“Non je ne pense pas car les hommes sont pas aussi charmant dans la réalité, que ça soit Disney ou autres ils font des tonnes. D’avoir juste un homme qui me respecte et me dis pas quoi faire de ma vie me suffit.”

Pour S (bah quoi moi je rêve d’un Walking Dead sonnant à ma porte) :

“Il n’y a pas que les dessins animés, effectivement les disneys font rêver “un jour mon prince viendra” mais avant ce jour il y en a des crapauds! mais chaque crapaud est destiné à une princesse… C’est une histoire de timing…

Le conditionnement ressort également de ton entourage familial, l’histoire de tes parents 25 ans de mariage jusqu’à ce que la mort l’est aient séparé , de tes frères et soeurs : 10 ans de mariage, 3 filles, 2 adultères…

En tout cas j’espère que mes enfants prendrons en compte notre expérience car les barbies biatch zombie et les super heroes transgenre… j’ai peur du futur!”

Pour T :

“Non sinon on ne serait pas célibataire LOL”

Pour A (heuuu, je n’ai pas compris l’histoire des céréales par contre mais je laisse ta citation telle quelle quand même 😉 ) :

“Ce n’est pas que les dessins animés ( car ensuite, les séries prennent le relais ainsi que les comédies, les romans etc..) donc c’est céréales non pas uniquement « pour les enfants ».. En terme d’impact il y a aussi les modèles de couples ( parents, amis cet..) qui sont présent dans l’entourage et qui vont aussi conditionner les attentes et les croyances..”

Et celles qui sont comme moi, qui attendent leur Prince (presque) Charmant

Q. : 

“Oui, maudis soient les Disneys !”

K. avec un sacré humour :

“Je suis juste belle est j’me suis tapée quelques clochards c’est tooooouuuut”

C. :

“Moi je pense que oui …. mon Disney préfère : la belle et la bête. Et je crois toujours que derrière une bête se trouve un prince. Mais comme dit la chanson derrière les princes y a toujours un crapaud
Mais ce dessin animé me définit bien.”

J. :

“On est toutes déçues d’où notre discours mais moi je reste persuadée au fond de moi qu’un jour un homme sera plus proche du prince que du connard infidèle et que je revivrai une belle histoire, l’espoir c’est ce qui nous tient et ces films nous remplissent d’espoir

N :

“Je pense que oui. Certains sont restés nos favoris et nous ont marqué. Alors sans trop idéaliser le quotidien, on a envie de rêver un peu, ou de vivre un truc différent qui nous rapprocherait un peu des contes de fées qui traînent dans nos têtes.”

S (j’adore sa philosophie !) :

“Si nous ne rêvons pas dans l’enfance, quand allons nous rêver ? Pour ma part, il n’y a eu aucun impact autre que la magie du rêve

Et celles qui analysent un peu plus, qui sont un peu plus pragmatique :

Comme J : 

“Le problème des dessins animés c’est que ça se termine toujours par le mariage. Sauf que s’il y avait la suite on verrait la naissance du premier enfant , les disputes et fatalement le divorce 😊
C’est juste que les films sont coupés au mauvais moment d’où notre incompréhension quant au prince charmant..”

Pour D :

“Je pense que ça doit jouer un peu. On nous rabache de dessins animés où la pauvre petite princesse est sauvée par le prince etc. On en a toute rêvé ou presque.. mais on a vite compris que ça restait qu’un dessin animé quand on voit le nombre de connards qui existent lol. De plus comme dit plus haut si les relations étaient aussi parfaites que dans les dessins animés ça serait sûrement plus ennuyeux.”

Pour S :

“Oui, au début on croit au prince charmant . Lié forcément à ce que l’on voit dans les dessins animés . Passé la première déception on se rend compte que les princes n’existent pas, sauf au rayon biscuit . C’est l’apprentissage de la vie .”

Pour K. : 

“Oui je pense que ça a un impact. Des belles histoires, de la chevalerie… Mais Disney à oublier de nous montrer que les princes charmants se tapent 3 princesses en même temps, qu’ils draguėnt tout ce qui bougent et te mentent à longueur de temps…”

Pour L. :

“Je pense que les dessins animés sont le reflet de notre société, et qu’ils participent à notre conditionnement. Bien sur cela finit “toujours bien” et de belles valeurs sont portées, mais globalement on nous montre que le rôle de la femme c’est d’être une princesse, elle est toujours belle, mince et blanche. Elle a un prince pour la sauvé (bon maintenant dans les disney on voit quand même des princesses un peu plus débrouillardes) avec qui elle se mariera et aura des enfants… voilà… le tout arrosé de sexisme ambiant (rose/paillette/ruban/licorne/youhihihi pour les meufs, bleu/épée/gros bras pour les bonshommes hohohoho)
C’est lourding et oui je suis sûre que ça participe à notre construction étant enfant….”

Pour S (je te souhaite plein de bonheur)  :

“Peut être un peu avec les premiers émois…quand on est encore bercée par les jolis à priori sur l’amour et déçue ensuite. Mais c’est du passé l’homme de ma vie je l’ai trouvé

Pour M : 

“Pour moi les dessins animés ont peut-être un petit impact sur nos relations futures. Mais c’est surtout la société, les dogmes avec lesquels on nous martèle dès la plus tendre enfance. Pour être heureux il faut se marier, fonder une famille…etc. La société a tendance à te faire culpabiliser avec des petites phrases telles que : Si tu es célibataire après un certain âge c’est qu’il y a un truc qui va pas…”

Et celles  et ceux qui ont beaucoup d’humour 😉

Comme M : 

“Hum… Mon dessin animé préféré est Ken le survivant, on en parle ??”

Comme O :

“Moi je suis du genre syndrome de Peter Pan, la panique quand tout devient trop sérieux ( peur d’être adulte ) mais il faut garder sont âme d’enfant c’est ce qui nous empêche de vieillir

Comme Mr Le Comique (oui vous lisez bien !!! Il participe à un des articles)

Encore une fois, je vous remercie toutes pour vos retours, vos avis, le courage de partager. Bah oui pas évident car sur Facebook, on n’est pas forcément anonyme lorsqu’on commente et cela n’est pas évident de mettre à jour nos pensées sur certains sujets… Donc merci à tous et toutes !!!

Et toi, atteinte du syndrome du Prince Charmant … ?

%d blogueurs aiment cette page :