Tribulations d une Parisienne Trentenaire
Les chroniques de Didi: boulot et relations amoureuses

Les chroniques de Didi: boulot et relations amoureuses

Dernièrement notre trentenaire célibataire préférée évoquait avec vous les relations amoureuses au travail : « no zob at job ». Cette fois-ci j’aimerai traiter d’un sujet à la fois similaire et totalement diffèrent : comment notre travail influence nos relations amoureuses. Jusqu’à récemment, je n’avais pas réellement conscience que cela pouvait interagir.

Voici ma petite histoire :

Je suis architecte d’intérieur (on aura bien tous compris vu mon niveau en orthographe que je ne suis pas écrivaine !). À chaque fois que je le dis, tout le monde s’émerveille : « whahou ! Trop bien » !  Alors oui trop bien, mais que sur le papier. J’adore mon travail, ou plutôt j’adorais. J’ai plus que « sur-kiffer » mes études, j’ai toujours été passionnée. Mais la réalité du travail a tout changé.

Je me suis retrouvée sur le marché du travail dans un domaine complètement bouché avec des milliers de postulants et très peu d’offres (merci le boom de la déco grâce à l’émission de Valérie Damidot). Lors d’un entretien on m’a clairement dit que j’avais un super CV avec un parcours scolaire atypique et que c’était ma force (super !) mais qu’il y aurait toujours quelqu’un de meilleur que moi (pas super du tout là !)… Je n’ai pas du tout l’esprit de compétition donc autant vous dire que la recherche fut fastidieuse.

J’ai donc commencé comme cuisiniste (mais pas bonne vendeuse du tout) pour enfin trouver pile le job que je cherchais : architecte d’intérieur dans le golf de St-Tropez (rénovation de villa secondaire pour riches vacanciers !!!!). Dès mon arrivée dans cette nouvelle entreprise, je sentais que quelque chose clochait. Mon intuition me disait : fuit ! Mais c’était une super opportunité, et je me suis donnée à fond !

Cela fait bientôt 5 ans que je suis dans ma boite et je suis au bord de la méga dépression : je m’ennuie, il n’y a rien à faire, je travaille à 90% pour les autres sociétés de mon boss (donc pas du tout architecte d’intérieur) et j’ai de gros soucis avec le dit boss…

Je me retrouve bloqué dans une situation impossible car c’est le job que j’ai toujours voulu (CDI en plus), j’ai eu beau chercher à partir mais impossible de trouver ailleurs (ce ne sont que des courtes missions qui sont proposées) et malgré que je stress rien qu’à l’idée d’être dans la même pièce que mon patron, je n’ai pas les couilles (pardonnez mon expression) de partir.

Maintenant que le cadre est posé, retour à ce qui nous intéresse : le lien avec les relations amoureuses.

Quand on n’est pas bien au travail, il est évident que cela déteint sur notre comportement, principalement avec ceux qu’on voit le plus (chéri, famille, coloc’). Mais je me rendais pas compte à quel point cela pouvait être pesant pour eux…. Au point d’en devenir pesant sur la relation elle-même. C’est lors de ma dernière relation que je l’ai appris à mes dépends. Apparemment je rentrais toujours énervé, et mon homme de l’époque ne supportait pas que je puisse lui raconter mes problèmes de bureau. A force ça l’agaçait et pour lui c’était simple : je n’avais qu’à partir. Mes problèmes de bureaux enrageaient mon homme et moi j’avais besoin de soutient plus que tout. Et je comprends avec le recul que ça devait être usant pour lui à l’époque de me voir toujours mal (même si je ne lui pardonne pas son manque de soutient que tout homme devrait avoir pour sa chérie). Et je dis ça en connaissance de cause car lui aussi à un moment n’allait pas bien dans son travail et c’était chiant de le voir rentrer avec la gueule et l’énervement de la journée.

Bref tout ça pour dire que les problèmes au travail empiètent sur notre vie privée et que cela peut achever une belle histoire d’amour. Alors comment arriver à faire la séparation vie privée/ vie pro ?

Est-ce qu’il vous est déjà arrivé d’avoir des soucis au boulot et de les ramener à la maison ? Et vice versa ?

Et il en est de même pour les nouvelles rencontres que j’essaye de faire en ce moment. Après une dure journée, il est parfois difficile de prendre le temps et la patience pour discuter avec de nouvelles personnes. Il est même parfois impossible de sortir de chez soi car on est trop déprimé. Surtout que le domaine du travail est l’un des premier sujets abordés : « et que fais-tu dans la vie ? »

Impossible de répondre : « je déteste mon travail » mais il est tout aussi difficile de toujours répondre « archi intérieur trop chouette n’est-ce pas ? » lorsqu’on meurt à petit feu chaque jour de travail.

J’aime quand je discute avec quelqu’un qui est passionné par son travail, cela me motive moi aussi et je suppose que, de la même façon, les gens avec qui je parle seront plus intéressés si je suis positive au sujet de ce que je fais tous les jours.

Le résultat est sans équivoque : il faut être bien dans son job pour être bien dans ses relations avec les autres !

En attendant, j’ai enfin pris les choses en mains et je suis en plein bilan de compétences afin de me trouver un nouveau travail ! J’espère enfin trouver quelque chose qui me permettra de m’épanouir !

N.B: Je reste persuadé que si un homme (ou femme) vous aime sincèrement, il vous soutiendra quoi qu’il arrive et vous aidera à trouver comment faire pour aller mieux plutôt que de vous le reprocher (petit retour égocentrique sur ma relation à moi)!

P.S : si vous avez des idées de jobs, je prends !

%d blogueurs aiment cette page :