Les chroniques de Didi: c’était nous


Les Chroniques de Didi / samedi, mai 12th, 2018

« All we have to see
Is that I don’t belong to you
And you don’t belong to me »

Freedom – George Mikael

  1. Le deuil phase 2 : le sevrage

Il me manque. Tout de lui me manque. Quand on rigolait. Quand il me serrait dans ses bras. Quand il me taquinait. J’ai tellement besoin de le sentir contre moi. Qu’il me rassure. Qu’il me dise que tout ira bien. J’ai tellement envie de retrouver celui qui me regardait comme une déesse. De retrouver ces moments de complicité et de bonheur. Pendant le déménagement je suis passée des dizaines de fois devant un pêle-mêle de photos à nous (transpirant le bonheur) et je n’ai cessé de me dire : je veux les retrouver. Je me le disais déjà depuis quelque mois d’ailleurs…

J’espère qu’après tout, il se rendra compte que c’était une erreur et reviendra. Qu’il se souviendra à quel point on s’aimait et qu’il voudra essayer pour de vrai.

J’espère que tout ceci est un mauvais rêve. Qu’à force je l’ai poussé à bout mais qu’en fait il m’aime toujours.

  1. Le deuil phase 3 : l’intériorisation :

Je m’en veux de mettre mise en couple avec lui directement après sa rupture car je savais qu’il sortait tout juste d’une relation et qu’il avait besoin de jouer au célibataire.

Je m’en veux d’avoir accepté l’emménagement à deux alors que je savais qu’il avait besoin de vivre un peu seul (et je le lui  avais dit).

Je m’en veux de lui avoir dit que je voulais qu’il aille moins au sport car je le voulais plus avec moi car par-dessus tout, je voulais simplement qu’il m’aide plus à la maison (lessive, repas…).

Je m’en veux d’avoir tout fait pour qu’il ait la vie dont il rêvait (vie de famille) alors qu’en fait il voulait une vie de célibataire (fêtes).

Je m’en veux d’avoir renoncer à mes activités car il voulait me voir plus alors que ce n’était pas vrai.

Je m’en veux de m’être autant investi.

Je m’en veux de lui avoir parlé ce jeudi matin où tout a basculé…. On serait surement encore ensemble si je ne l’avais pas fait.

Je m’en veux de l’avoir rencontrer. De l’avoir aimé.

Je suis dévasté et me demande pourquoi il ne peut pas m’aimer. Pourquoi personne ne peux m’aimer. Je ne suis pas assez bien ?

  1. Le deuil phase 4 : la rage :

Je suis en colère contre lui car il m’a menti. Il s’est menti.

Il disait qu’il était prêt, qu’il voulait une famille : il voulait s’amuser.

Qu’il me voulait moi : il voulait juste une fille pour lui faire oublier l’autre.

Qu’il fallait communiquer : il n’a jamais rien dit. On aurait pu tout surmonter s’il m’avait parlé.

Il dit qu’on est trop diffèrent alors que c’est justement ça qui faisait de notre couple un couple équilibré. Lui extraverti aurait dû me pousser moi, l’introvertie, à sortir et à bouger. Mais c’est lui qui s’est renfermé dans sa vie plan-plan et me l’a ensuite reproché.

Je suis en colère car il n’a pas essayé alors qu’il disait toujours qu’il fallait se battre.

Je suis en colère car il m’a fait tout lui donner, mon cœur, mon âme, ma famille…tout…et il a tout jeté comme on jette un vieux mouchoir sale.

Je suis en colère car il a attendu tout ce temps pour me quitter, qu’il a attendu que cela soit moi qui le pousse plutôt que de prendre ses responsabilités (ses couilles ?) et de me le dire.

Je suis en colère car il s’est toujours dit être honnête et qu’il ne l’a pas été du tout pour une des choses les plus importante (je l’entends encore me dire : « moi  aussi » à mes derniers « je t’aime »).

Je suis en colère car même si c’est une phase, qu’il a besoin de s’amuser car il ne l’a pas fait avant d’être avec moi, que même si il se rend compte qu’on s’aimait et qu’on aurait pu tout surmonter, il ne reviendra pas. Trop fier. Trop fermé. Sa décision est prise. Aucun retour en arrière ne sera possible.

Je suis en colère car au final il a fait exactement avec moi ce que son ex lui avait fait. Avait-il donc besoin de vengeance et je me trouvais là, sur son chemin ?

Cette phase est aussi la phase du changement, quand on reprend enfin du poil de la bête, on change de coiffure, de style vestimentaire, on se remet au sport…. J’ai coupé les cheveux ! Et j’ai fait un peu de shopping ! Mais je n’ai pas du tout encore fini cette phase mais je me raccroche, en me disant que d’autres sont passé par-là, donc j’y viendrais aussi.

C’est le moment ou enfin, on accepte que c’est fini (ce qui n’est pas encore mon cas !).

P.S: (petite dédicace à la personne qui lit mes articles et raconte à mon ex que je dis des méchancetés)

Je rappelle que ces articles sont mes émotions, mes sentiments, mes sensations. Les faits réels sont peux être modifiés par mes émotions, mais il n’a jamais été question de rapporter des faits, mais de raconter une histoire, mon histoire. il ne faut pas oublié non plus que c’est SA décision que JE dois subir. que ce sont SES sentiments qui n’existent plus lorsque les MIENS sont toujours présent!

4 réponses à « Les chroniques de Didi: c’était nous »

  1. “Pourquoi personne ne peux m’aimer. Je ne suis pas assez bien ?”
    🙁

    Je traverse une épreuve du même genre, bien que l’histoire que j’ai vécu n’a pas été aussi longue ça m’a fait beaucoup de mal… J’ai à peu près les mêmes genres de questionnements qui tournent dans ma tête, et je ne sais pas comment seront mes “cicatrices” à long terme ou même si j’arriverai un jour à avoir une relation “saine et normale”…

    Du coup je comprends un peu ce que tu peux ressentir, les “c’est ma/sa faute”, “et si j’avais fait ça…”, “et si j’avais vu ça…”, la colère, la déception, le sentiment d’avoir été utilisée et tout…

    C’est dur, je ne peux que te souhaiter patience et bon courage.

    1. J’espère qu’un jour nous trouverons la personnes capables de soigner toutes ces blessures. ou du moins, de ne pas fuir devant elles!

Laisser un commentaire