Tribulations d une Parisienne Trentenaire
Première chronique,  ou comment prendre congé après un one-shot

Première chronique, ou comment prendre congé après un one-shot

Bon ben ça y est, on passe aux choses sérieuses ! C’est pas tout de répondre à des questions et se présenter, mais après tous ces compliments  et une sollicitation de notre trentenaire célibataire parisienne préférée, va falloir assurer. Et pour cette première chronique, que je rédige juste après avoir regardé Belgique – Suède, histoire de profiter de l’afflux de testostérone pour faire parler mon point de vue de mec. Non, en vrai j’ai regardé le match mais ça m’en a touché une sans faire bouger l’autre (oui je sais, très classe, très fin,… J’assume mon côté beauf’ !). distingué

Et donc, en cette soirée qui nous promettait de l’orage en Normandie et qui, comme toujours, passe à côté de la plaque, abordons ensemble (et quand je dis “ensemble”, ça veut dire que je vous livre mes impressions et que soit vous êtes d’accord, soit non, soit vous vous en fichez, mais de toute façon pour le moment c’est moi qui écris alors c’est moi qui décide :p ) une question posée par Carole Saint-Martin sur la page Facebook de ce blog :

Pourquoi les mecs sont des abrutis avec leurs conquêtes partenaires d’un soir quand c’est le moment de prendre congé, après que vous leur ayez fait don de vos corps pendant cette fantastique nuit de baise d’amour ?

why

Eh bien figurez-vous que je n’en sais rien !

“Hé c’est quoi cette arnaque ? On lui demande d’écrire un truc avec le point de vue d’un mec et il en sait rien ? Remboursez !!!!”

Oui, mais voilà, je n’en sais rien parce que je n’agis pas comme ça et je ne l’ai jamais fait. Et que je ne sais pas si c’est un comportement typiquement masculin parce qu’une ancienne partenaire d’un soir chez qui j’ai finalement passé trois jours m’a déjà fait ce coup-là, me demandant “gentiment” de partir de chez elle. En vrai ça a plutôt donné un truc du genre : “Bon, c’était sympa, t’as pas un physique génial mais au pieu c’était cool avec toi ! Par contre maintenant ça serait cool aussi que tu partes parce que j’attends un autre mec qui arrive dans deux heures. Allez, à plus !”.

J’imagine que c’est de ce genre de choses dont vous parlez ? Encore que, D. a au moins eu l’honnêteté de dire les choses franchement, même si c’est quand même assez difficile à encaisser quand on nage dans le bonheur à ce moment là et qu’on se dit que “Hey, c’était peut-être pas que du cul, en fait !”. Pour la petite histoire, D. et moi nous sommes revus en tant qu’amis par la suite, et il est arrivé que nous repassions deux ou trois nuits ensemble. Ensuite j’ai adopté un chat (elle y est allergique), elle a déménagé, et fin de l’histoire. Parfois je lui envoie un sms pour prendre de ses nouvelles et je suis toujours amusé de recevoir en réponse un “c’est qui ?” 🙂

Mais je digresse (“graisse !” (Oui, ça va arriver souvent, ce genre de blagues, en même temps c’est pour ça que je suis payé  vous m’avez demandé de revenir alors c’est ce que je fais 😉 )), revenons-en à nos goujats !

Je disais donc que je ne sais pas pourquoi nos “amis” les hommes agissent comme ça. Pour comprendre, je vais tenter de me mettre dans la peau d’un pithécanthrope prêt à tout pour assouvir ses vilaines pulsions charnelles. Comment s’y prend-il ? Eh bien il prend ses petits doigts et arpente les sites internet en quête d’une volontaire pour reproduire l’acte millénaire de… Eh bien de reproduction, mais à des fins récréatives !

Partons d’un constat simple : les sites de rencontres regorgent de morts de faim ! Et la loi de l’offre et de la demande étant ce qu’elle est dans ce domaine, il se heurte à la concurrence de ses congénères morts de faim et à la pénurie de femmes disponibles et ouvertes à ce genre de rencontres. Point que j’ai déjà pu aborder et donc sur lequel je ne reviendrai pas tout de suite. Partons du principe que, par miracle, après avoir essuyé des dizaines de refus plus ou moins à la hauteur du respect, de l’honnêteté et de l’habileté (ou pas) dont il aura fait preuve et de tout autant de dizaines de femmes qui n’auront pas pris la peine de lui répondre (et je comprends ces femmes sur-sollicitées par des centaines de primates en rut), qu’il finisse par trouver une licorne cette perle rare.

Tout individu doté d’un minimum de savoir-vivre et de savoir-être fera son maximum pour montrer sa reconnaissance et sa gratitude d’avoir été choisi parmi la multitude pour tenter de partager un moment de complicité qui, s’il est éphémère, n’en demeure pas moins un cadeau qu’on devrait avoir conscience de se faire l’un à l’autre ! Mais non, pas lui… Cet homme là, sitôt l’affaire conclue, ne pensera qu’à une seule chose, la fuite. Et c’est là que ça se gâte, si la nuit qui précède n’était pas déjà à hauteur de vos espérances ! Parce qu’autant certains y mettent tout de même de la bonne volonté, parce que plus on donne et plus on peut s’attendre à recevoir en retour dans ce contexte particulier, autant d’autres que le respect n’étouffent pas considèrent leur partenaire d’un soir comme un support masturbatoire et n’attendent pas d’avoir passé la nuit à vos côtés avant de trouver la porte de sortie (ou vous demander de la trouver).

Donc, c’est là que ça se gâte. Vous, après une nuit de folies, vous réveillez de bonne humeur, décoiffées, avec le sourire et les yeux encore ensommeillés, et lui a déjà enfilé une jambe dans son pantalon et vous marmonne une excuse à deux balles avant de vous laisser complètement abasourdie au fond de votre lit. Il aurait au moins pu préparer le petit-déjeuner, ce rustre ! Vous complimenter sur vos prouesses, vous remercier pour ces moments, penser à tous les efforts que vous avez pu faire pour vous rendre désirable pour lui, des heures passées à choisir une tenue, se faire belle, s’épiler, faire le ménage pour ne pas qu’il pense que vous êtes une femme négligée (je sais, c’est très cliché et c’est volontaire de ma part, je n’ai pas du tout, et pas mal d’hommes n’ont pas non plus ces attentes envers une femme, c’est juste pour illustrer et schématiser à l’extrême), que sais-je encore ?

Capture2

Et c’est bien légitime de leur en vouloir ! Votre colère (ndr : au moment où j’écris colère, premier coup de tonnerre dehors, l’orage éclate enfin, il est 1h29 du matin) est justifiée. Vous avez très certainement été sélective et c’est lui qui est sorti vainqueur de la phase de poules entre tous ! Il vous plaisait et vous lui avez fait assez confiance pour lui ouvrir votre porte, vos bras, vos lèvres, vos draps… Lui est reparti satisfait, plus ou moins piteux selon l’habitude qu’il a de ce genre de pratiques, mais en se disant qu’il a eu ce qu’il voulait et qu’il a tout gagné, en tout cas je le suppose.

Ce parangon du patriarcat (ça y est, on lâche les vilains mots !), ce cis-hétéro collectionneur élevé dans l’idée que les femmes lui étaient inférieures (qu’il le pense volontairement ou inconsciemment), sans se rendre compte de ses privilèges de mâle ne se rend juste pas compte qu’il a tout gâché. Pour lui, pour vous, pour tous ceux qui viendront après lui et qui essuieront les plâtres de sa conduite (oui, je suis légèrement féministe, j’y reviendrai) ! Le fait que vous vous sentiez humiliée, salie, vulnérable, pas son problème, il s’en tamponne le coquillard avec une babouche, il vous a déjà oublié, jusqu’au moment où il narrera vos exploits devant ses supers amis qui riront avec lui tout en l’enviant secrètement.

Et donc, comment faire pour éviter ça ?

Tout est une question de prévention, je pense, et de patience.  ARRÊTEZ DE VOUS FIER AU PACKAGING ! Un beau mec n’est pas forcément un bon coup, premièrement, et c’est pas parce qu’il est agréable à regarder qu’il sera aussi plus sympa avec vous une fois qu’il aura eu ce qu’il était venu chercher. On peut tout avoir, mais on en revient au mythe du prince charmant, et franchement, c’est pas la peine de l’attendre, regardez déjà ce dont vous avez vraiment besoin. Et ça vaut autant pour les coups d’un soir que pour le mec de votre vie, s’il ne doit y en avoir qu’un seul (et c’est un autre débat ! Mais ça aussi, j’y reviendrai).

Ne vous précipitez pas ! Vous avez envie, là ce soir tout de suite ? Allez dans un club échangiste et prenez-en un qui vous plait avant d’aller dans un coin câlin, parce qu’au moins vous n’aurez pas de surprise, dans ce genre d’endroit chacun sait pourquoi les autres sont là et les femmes sont reines, elles décident, elles disposent et les hommes qui ne respectent pas les codes de ces établissements finissent à la porte très vite !

Quand vous ouvrez votre porte à un homme, vous lui ouvrez la porte de l’endroit où vous vivez, votre intimité, vous lui confiez pour un temps les clés de votre domaine, c’est très personnel et ça vous rend vulnérables. Mettez donc votre envie du moment de côté et prenez le temps de faire connaissance, de poser des questions, de voir si ses réponses sont cohérentes et pas trop belles pour être vraies (parce que certains hommes savent aussi ce que vous avez envie/besoin de lire/d’entendre et n’auront aucun scrupule à vous manipuler. Bienvenus, pervers narcissiques ! Certains hommes, j’ai dit, hein, pas tous, même pas une majorité ! Malheureusement, la minorité à craindre se montre très visible, pas facile tout ça !), accepter de les rencontrer plusieurs fois, dans des endroits neutres et fréquentés, être surs que vous avez les mêmes attentes, qu’il vous respecte…

“Tout ça pour un one-shot ? Mais moi tout ce que je veux c’est me dépoussiérer le fri-fri, pas l’épouser !”

meh-cat

Dans ce cas là si je peux vous donner un conseil, quitte à mettre de côté pendant quelques instants la partie romantique et excitante de l’inconnu et mettez-vous d’accord AVANT de vous voir. Est-ce que vous voulez passer la nuit ensemble ou pas ? Est-ce qu’une fois l’acte consommé chacun reprend sa vie ? Quitte à passer pour une chieuse (vous en avez tous les droits, tant pis si lui ne se rend pas compte de la chance que vous lui donnez), insistez bien pour qu’il vous donne le respect qui vous est dû. Ce moment avec lui, c’est un contrat tacite que vous passez ensemble, et dans tous les contrats, il y a des droits et des devoirs à respecter par chacune des deux parties. Soyez le plus sûr possible que l’autre saura respecter ses obligations, quitte si tout se passe bien à transformer ce CDD de très courte durée en CDD plus long ou en CDI. Et c’est à VOUS de voir s’il y a faute grave et si vous voulez prendre congé sans préavis parce qu’il n’y a pas de période d’essai (champ lexical magle ! T’as vu ?).

Voilà, je pense que j’ai fait à peu près le tour de la question, en tout cas pour les généralités, parce qu’il y a toujours des cas particuliers, tout n’est pas aussi manichéen, certains mecs fuient parce qu’ils sont intimidés ou ont peur de la suite, de s’engager plus loin et ne savent pas comment l’exprimer, mais ceux-là on les repère quand même assez vite et une bonne discussion suffit souvent à régler le problème.

Ma première chronique est terminée, merci d’avoir tenu jusqu’ici (ou pas), pardonnez-moi d’avance si je pars un peu dans tous les sens, j’écris comme ça vient 🙂 Si vous avez des critiques à faire, des questions sur l’article ou que vous voulez que je précise mes pensées sur certaines choses, n’hésitez pas à me le dire dans les commentaires (“et lâchez des pouces bleus et partagez, abonnez-vous”, on dirait un Youtuber le mec !), j’y répondrai avec plaisir !

Bonne nuit à toutes et à tous et à la semaine prochaine !

%d blogueurs aiment cette page :