Le fil des histoires

Un parcours pro #1

Et voilà, après une année de pause dans ma carrière pro, il est temps de s’y remettre. J’aimerai bien vivre juste de mes livres, mais ce n’est pas encore possible haha . Mais qui sait ? Peut être bientôt ? Il faut juste croire en ses rêves et tout mettre en oeuvre pour y arriver…

Mais en attendant, il faut bien pouvoir gagner sa vie et tant qu’à faire avec un job intéressant…

Avant de vous parler de mon futur job, petit retour en arrière avec cette première partie…

Je vous parle de mon parcours aujourd’hui, parce qu’il est à la portée de tout le monde, il faut juste en avoir l’envie et ne pas avoir peur du changement !

J’ai grandi avec 2 grands exemples à la maison, mes 2 parents sont libéraux et ont toujours beaucoup travaillé (sans pour autant nous mettre de côté, je n’ai aucun souvenir d’absence de l’un ou l’autre) : mon père est médecin anesthésiste et ma mère artiste peintre… J’ai passé donc mon enfance à voir ma mère créer et accompagner mon père lors de ses visites les week ends… D’ailleurs dès mes 14/15 ans, mon grand kiffe du samedi c’était de rester avec lui au bloc opératoire (chacun ses kiffes hein)… Je trouvais cette univers magique… Ce que pouvaient faire les médecins étaient juste incroyable pour moi… Pour moi c’était donc une évidence : devenir médecin !

Sauf que je n’ai jamais été une grande travailleuse au lycée (et même après), je me suis toujours contentée du strict minimum… Arrivée en fac en médecine, je n’avais donc pas les bonnes techniques d’apprentissage et je suis donc allée droit vers un échec… Ceci dit, j’y ai rencontré des gens supers !!! Et il y a une matière sur laquelle j’avais cartonnée : la micro économie… J’ai passé un moment vraiment pas sympa après les résultats des concours de médecine, parce que pour moi je n’étais faite que pour être médecin… Il m’a fallu un peu de temps et puis je me suis dit que la réussite à l’épreuve d’économie devait être un signe. Me voilà inscrite en fac d’éco…

On rigole encore de cette phase de ma vie avec mes parents aujourd’hui… Je ne suis restée que quelques semaines sur les bancs de la fac… Au même moment ma grand mère était tombée très malade… On lui rendait visite à l’hôpital… J’y ai retrouvé les odeurs qui me rappelaient les moments passés quand j’étais plus jeune… C’était quelque chose de réconfortant, familiale… Décision prise : je veux être infirmière et évoluer dans cette carrière pour devenir infirmière anesthésiste…

Mes années d’études passent… Clairement je suis faite pour travailler dans des services techniques (et très stressants !), il me fallait un poste en salle de réveil… Mais avant de trouver un poste en CDI, je suis partie à gauche et à droite en intérim… C’est hyper intéressant et hyper formateur. Durant les études, nous sommes couvés par les équipes pédagogiques, le terrain est ensuite bien différent ! J’ai adoré le fait de devoir s’intégrer très rapidement dans une organisation et une équipe, hyper stimulant pour moi… Et puis ça force à se remettre sans cesse en question et cela permet de prendre en confiance en soi.. Compétence nécessaire pour travailler dans une salle de réveil ! Et me voilà partie pour travailler durant plusieurs années dans des salles de réveil.. Je pense qu’à l’époque j’aurai pu faire le guide du routard des salles de réveil de Paris. En gros (pour vous éviter de lire un roman), j’ai pris un poste dans une clinique… J’y ai signé 3 CDI sur 10 ans, avec des coupures tous les 2 ans pour faire des vacations un peu partout sur Paris.

En fait j’ai un très gros soucis, je n’aime pas la routine ! Dès que j’ai fait le tour d’un poste je m’ennuie et j’ai besoin de passer à autre chose. En gros j’ai sans cesse besoin d’être stimulée intellectuellement. Et cela n’a pas loupé… Même en promenant dans divers endroits, j’avais fait le tour du métier d’infirmière en salle de réveil. Les autres services n’étaient pas tellement pour moi… pas assez d’autonomie, pas assez d’adrénaline… Et puis j’adorais travailler de manière étroite avec les équipes du bloc opératoire.

Bref ! Il était de réfléchir à la suite…

En parallèle de mon travail d’infirmière, mon père et ses associés m’avaient proposé un travail d’assistante de gestion. Ils avaient besoin de quelqu’un de confiance et savaient que j’avais besoin d’avoir des revenus supplémentaires pour un jour me financer la reprise de mes études…

C’est au début de l’année 2014 que je me suis posée et que j’ai mis par écrit ce que j’avais envie de faire pour les années suivantes. Il faut savoir que lorsqu’on travaille dans une salle de réveil, on apprend à être très organisé et à être dans l’anticipation du moindre soucis… On est aussi l’intermédiaire entre le bloc et les services d’hospitalisation… 2 choix s’offraient à moi pour évoluer dans mon travail : soit entrer en école d’infirmière anesthésiste (IADE), soit aller vers du management… Le deuxième choix était une évidence, je savais que très rapidement j’aurai évolué vers ça après une école d’IADE…

Je travaillais dans le privé, je n’avais pas du tout envie d’entrer à l’école des cadres, j’ai opté pour un cursus à la fac.

D’abord un diplôme universitaire en management pour acquérir les bases… Puis inscription en MBA de management en santé en vu de devenir Directrice d’un établissement en santé. J’ai pu intégrer ce MBA grâce à ma double casquette d’infirmière et d’assistante de gestion…

Et c’est durant mon MBA que j’ai appris ce que voulait dire le mot “étudier” !!! Durant cette année, j’enchainais parfois 2 semaines sans aucune journée de repos (je continuais mes jobs en plus de mes études)… Le niveau était très élevé avec des intervenants venant de l’ENA etc.. Impossible de me contenter du strict minimum… Encore aujourd’hui je me demande comment j’ai fait pour sortir vivante de cette année haha !!! Et c’est aussi durant cette année que j’ai pris beaucoup de hauteur sur ma carrière professionnelle… Mais pour cette partie là, il faudra attendre le prochain article 😉

Laisser un commentaire